Le mot du Président

 

Voici tout juste un an nous avons salué, avec vous, la finalisation du processus de convergence à fin 2009, qui aboutissait à la fusion entre les réseaux de cancérologie pour devenir le RRC-RA ; un acronyme certes explicite mais peu attachant ; une identité provisoire qui nous a permis de nous retrouver autour de la continuité de l’action du réseau et des acteurs de la cancérologie de Rhône-Alpes.

Depuis, une toute petite année s’est passée mais de nombreux travaux ont été menés et quelques jalons posés, sur lesquels il nous parait utile de revenir afin de construire la suite :
 

  • tout d’abord concernant l’action du Réseau pour les malades et son soutien aux professionnels qui les soignent:
    • l’accompagnement des établissements et des acteurs de santé en cancérologie dans leur décision (choix des stratégies et des traitements) pour les malades ; il s’agit du travail sur les référentiels ; les bonnes pratiques, l ‘offre de formation ; c’est le cœur de métier du RRC-RA et vous pourrez l’évaluer dans ce rapport d’activité, l’action du réseau dans ce domaine n’a pas fléchie et le réseau continue à jouer ce rôle fondamental qui consiste à aider à apporter au plus vite et au plus près la qualité et l’innovation aux malades et à optimiser le fonctionnement de nos RCP;
    • l’aide et le soutien des équipes dans le cheminement vers une approche globale du malade (les soins de supports) et une approche humaniste (réflexion et travaux des équipes sur le respect de la spiritualité ; sur la mise en œuvre des directives anticipées…) ; notre réseau est l’un des leaders en France et très moteur dans la coopération en matière d’élaboration de bonnes pratiques partagées en soins oncologiques de supports entre l’ensemble des régions françaises.
    • la promotion avec l’ARS des outils de communication entre établissements, services et soignants avec dans notre région de la fiche RCP partagée (partie du dossier de communication en cancérologie) dans la plateforme régionale SISRA
    • Une action particulière aussi en direction des équipes libérales en ville : l’intégration dans le processus de relecture des ALD , la participation notable dans notre région des médecins traitants dans ce processus de validation d’un travail mené conjointement par HAS et INCA ; et les coopérations qui débutent avec les réseaux territoriaux avec deux formations proposées par le RRC-RA et le réseau ONCOLEMAN aux infirmières et diététiciennes libérales ; cette action sera amplifiée dans le courant des années 2011 et 2012, car il y a là un enjeu pour l’avenir de nos prises en charge qui de plus en plus avec les chimiothérapies orales redimensionnent des équipes nouvelles hôpital-ville.
  • le rôle d’animation par le réseau de l’évolution des organisations de la cancérologie
    • l’évolution des organisations en cancérologie pour intégrer les réformes issues des plans cancer 1 et 2 et de la loi HPST sont à l’œuvre ; le RRC-RA occupe pleinement la place qui est la sienne avec l’animation des réflexion sur les évolutions des métiers (formation des secrétaires de 3C et de RCP, formation des infirmières des dispositifs d’annonce), celle de leurs outils ; celles de nouvelles organisations chargées soit de piloter la qualité en cancérologie, les 3C, soit d’apporter de nouveaux services et soutien aux malades et à leur famille (dispositif d’annonce ; dispositif d’accès aux soins de supports ; EMRC-équipes mobiles de recherche clinique ;…).
    • le travail fait en coopération avec l’OMEDIT est aussi une action qui permet que dans notre région stratégies thérapeutiques et cohérence avec l’évaluation de la pertinence et de la performance des médicaments soit accompagné pour être mieux comprises et donc mieux appliquées.
  • le relai qu’est le réseau pour amplifier les actions de l’INCA et de l’ARS pour améliorer l’offre en cancérologie, la qualité des services et l’information en cancérologie
    • il s’agit pour le RRC d’apporter et de soutenir les actions de l’agence nationale et celle de l’agence régionale dans leurs efforts pour promouvoir et implanter les réformes au bénéfice des patients (relai d’information ; accompagnement des travaux sur l’activité en cancérologie ; sur l’analyse des besoins et la réflexion sur les moyens de diminuer les inégalités territoriales et d’améliorer la promotion de l’accès au recours et à l’innovation…

et donc le RRC-RA a poursuivi cette année l’ensemble des travaux qui relèvent de sa mission en l’adaptant aux besoins de ses adhérents.

Et il faut bien le mentionner au titre d’activité notoire, car cela a aussi occupé une grande partie du temps de nos conseils d’administration et de nos bureaux ainsi que celui de l’équipe de coordination, le RRC-RA a mené les travaux nécessaires de réflexion, d’ajustements et de consolidation des ses services pour aboutir à la reconnaissance par l’INCA après avis favorable de l’ARS-RA.

A ceci s’ajoute pour faire bonne mesure la poursuite du travail des instances de direction et d’administration du réseau sur les statuts et pour proposer un règlement intérieur, une charte encadrant les éventuels partenariats avec l’industrie et organisant la transparence sur les conflits d’intérêt.

Nous avons tous beaucoup travaillé en 2010 pour répondre aux missions qui sont dans la réglementation, il s’agira qu’en 2011, nous nous rapprochions de nos adhérents comme cela a été décidé par le bureau pour et avec chacun des territoires mener une réflexion sur les adaptations ; les priorités ; les difficultés qui sont rencontrées.

Et donc rendez-vous dans les prochaines semaines car nous pourrons, à ce moment-là, nous prévaloir tous de ce rapport car il est issu du travail de tous mais surtout nous pourrons voir comment le Réseau peut aider chacun d’entre et chacune de nos équipes à répondre à sa mission.

Pr François-Noël GILLY,
Président du Réseau Régional de Cancérologie Rhône-Alpes